L’action du Département face à la crise #2 : la lutte contre la précarité alimentaire

Chômeurs.ses en fin de droit, travailleurs intérimaires et indépendants victimes de la baisse d’activité, étudiants privés de jobs… la crise sociale et économique qui frappe notre territoire s’est traduite par une très forte hausse de la précarité, notamment alimentaire, en Seine-Saint-Denis comme ailleurs.

Malgré les alertes des associations et des élu.e.s, le gouvernement n’a pas été à la hauteur de l’enjeu en ne mettant en place que des mesurettes : refus de l’augmentation des minimas sociaux, refus de l’extension du RSA au moins de 25 ans, refus d’envisager des solutions d’ampleur et ambitieuses pour éviter la paupérisation d’une partie de la population.

Dès le mois de mars et pendant toute la durée du 1er confinement, le Département s’est mobilisé, faisant notamment de la lutte contre la précarité alimentaire sa priorité.

Il a ainsi rapidement distribué les repas stockés dans les cuisines de ses collèges à plusieurs associations (La Croix-Rouge, les Restos du Cœur et le Secours populaire). Il a également décidé de rouvrir une cuisine centrale initialement dédiée aux repas des collégien.ne.s : 3000 repas par jour ont été acheminés aux partenaires de l’aide alimentaire à partir du mois d’avril. Au total, ce sont plus de 270 000 repas gratuits qui auront été distribués à des personnes en situation de grande précarité grâce à cette initiative.

En outre, conscient.e.s du fait que la fermeture des cantines le midi était susceptible d’entraîner un surplus de dépense insupportable pour de nombreuses familles de collégien.ne.s, les élu.e.s de la majorité ont souhaité leur apporter un soutien supplémentaire. 25 000 chèques alimentaires d’une valeur de 60 euros ont ainsi été distribués à des familles bénéficiant habituellement de tarifs sociaux pour la cantine (repas entre 0,31 et 2,50 euros).

Le Département s’est ainsi efforcé de jouer du mieux possible son rôle d’amortisseur, rendu plus nécessaire encore par l’absence d’une véritable politique gouvernementale de lutte contre la pauvreté.