L’action du Département face à la crise #5 : le plan de rebond solidaire et écologique

Malgré une situation financière difficile et un faible soutien de l’État, le Département a mis en place un plan de rebond de 55 millions d’euros pour protéger les habitant.e.s et préparer l’avenir.


Un plan de rebond écologique et solidaire, pour quoi faire ?

La crise sanitaire, sociale et économique que nous traversons impose une double urgence aux acteurs publics – collectivités, État – sur notre territoire.

La première ; protéger les habitant.e.s, et notamment celles et ceux qui sont particulièrement fragiles (personnes âgées, ménages précaires, étudiants, …) des conséquences immédiates de l’épidémie. 

La seconde ; réduire les inégalités qui caractérisent notre Département et transformer le territoire pour promouvoir un modèle de développement solidaire et durable.

Tenir ensemble ces deux urgences, c’est le défi auquel doit répondre notre département. Protéger aujourd’hui les Séquano-Dyonisien.ne.s mais également les protéger demain en accélérant le développement et le rattrapage du territoire.

Au-delà des actions menées pendant le confinement, et malgré un soutien financier de l’État très insuffisant, les élu.e.s de la majorité ont ainsi souhaité mettre en œuvre un plan de rebond solidaire et écologique pour limiter l’impact de la crise et travailler à la construction d’un territoire plus résilient.  

Quel fonctionnement de ce plan de rebond et quelles actions concrètes ?

À partir du mois de juillet, plusieurs aides ont été mises en place :

  • Des aides pour soutenir les habitant.e.s les plus fragilisés, comme les ménages ayant subi une forte baisse de revenus et en difficulté pour payer leur loyer, ou encore un soutien financier pour des micro-entrepreneurs. Il a également été décidé de subventionner des dispositifs de lutte contre la précarité numérique, dont la crise a révélé toute l’ampleur.
  • Des fonds d’aides d’urgence pour les acteurs et actrices du territoire ont été créés. Dans certains secteurs, les confinements successifs se sont traduits par une mise à l’arrêt de la plupart des activités, ce qui a notamment mis en péril l’équilibre financier des associations. Une attention particulière est portée aux structures de l’Économie Sociale et Solidaire (ESS) compte tenu de leur rôle clef en matière d’emploi, mais aussi aux acteurs culturels ; le Département a soutenu les artistes en finançant des parcours artistiques, des commandes d’œuvres…
  • Un fonds d’investissement pour l’adaptation et la transformation de la Seine-Saint-Denis a été aussi mis en place. Par ce biais, le Département apporte d’une part un soutien financier aux projets d’adaptation des modalités d’intervention de ses partenaires (respect des consignes sanitaires, transition numérique, …). D’autre part, il subventionne des projets qui visent à répondre aux défis d’avenir largement posés par la crise en matière de solidarités, d’éducation, de mobilités durables, d’autonomie ou encore de prévention en santé.

Ainsi, 6,5 millions d’euros de subventions ont été versées à plus de 250 acteur.trice.s et associations de la Seine-Saint-Denis.